Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Devenir musclé : tout le monde peut-il y arriver ?

Vous lisez peut-être souvent que "tout le monde peut y arriver", que tout le monde peut devenir musclé, ou même très musclé, un corps et des performances d'athlètes. Souvent ces jolies phrases sont accompagnées d'une image sensée illustrer la "détermination" et vous n'expliquer qu'il n'y a pas "d'excuse", ni de "limite".

Pour contrecarrer ces assertions, nous ouvrirons le grand débat de la génétique, le vrai grand tabou du « fitness ». Tout le monde n'a pas la capacité d'atteindre un niveau de compétition, même en utilisant des « produits » (dopants illégaux). Certains ne sont simplement pas taillés pour ça. Il ne suffit pas d'efforts et de temps, parfois ça ne suffira jamais. Voilà, je viens de briser le tabou, mais maintenant, expliquons-nous.

Concernant le niveau de sèche par exemple, certaines personnes peuvent rester toute l'année à un pourcentage de gras corporel très bas alors que d'autres ne pourront tenir que quelques jours et regonfleront très vite en reprenant une alimentation normale.C'est la même chose pour la force ou pour la capacité à créer du muscle.

Nous avons tous des points forts et des points faibles. Certains parviendront plus facilement à être forts, d'autres auront des muscles très volumineux, d'autres pourront sécher efficacement et rapidement et certains auront ces trois qualités ! Mais aussi, certains autres auront une grande capacité d'organisation, d'autres seront faits pour diriger, et d'autres sauront intégrer des concepts intellectuels abstraits.

Heureusement, tout le monde est capable d'améliorer à la fois ses capacités physiques et son aspect, ce n'est pas donc pas du tout une raison pour se décourager et abandonner, au contraire !

 

La question qu'on peut alors se poser légitimement est la suivante : quelle est l'importance de la génétique dans la musculation ?

Pour répondre à cette question en l'illustrant, je vous direz simplement d'observer un large échantillon de population qui n'a jamais pratiqué la musculation. Vous y trouverez des écarts-types, c'est à dire des différences d'un bout à l'autre du spectre, qui sont énormes. Vous y trouverez des personnes très minces, des obèses, des personnes peut-être aussi très musclées. Malgré ça, la grande majorité des sujets partagera une large moyenne. C'est ce qu'on peut appeler une courbe de Gauss (ou « bell curve »), c'est à dire que les extrêmes (extrêmement doués ou extrêmement peu doués) représentent une petite minorité qui s’amenuise au fur et à mesure que leurs caractéristiques s'éloignent de la moyenne.

musculation, motivation, objectif, naturel, progression

Il ne faut pas sous-estimer la part de la génétique. Tout existe dans la nature. Des personnes avec des physiques de modèles fitness qui n'ont jamais fait de musculation, c'est sans doute extrêmement rare, mais ça existe. Ces différences entre individus qui ne pratiquent pas la musculation, on les retrouve dans les mêmes proportions chez les pratiquants ! Certains vont donc se développer très rapidement et à partir d'un physique déjà bien musclé, tandis que d'autres partiront de plus bas et avec une perspective de croissance bien moins élevée. Ces deux types d'individus ne pourront jamais aspirer aux mêmes objectifs, c'est ainsi.

Je constate que sur internet, beaucoup de gens encouragent ce mythe en postant des photos de « transformation » qui utilisent des clichés de leur adolescence. C'est comme ça que se propage ce mythe du bodybuildeur parti de rien et qui n'était qu'un adolescent chétif. J'ai rarement rencontré ce cas de figure ! Ce jeune enfant chétif que l'on nous présente dans la photo « avant », serait peut-être devenu un jeune homme solide quelques années plus tard, et ce sans musculation aucune, vous ne croyez pas ? Difficile de le savoir en tout cas. Mes observations en salles de musculation, durant plusieurs années, m'ont plutôt montré des ados déjà bien solides qui prenaient facilement du muscle, et d'autres chétifs qui progressaient plus difficilement.

S'il existe des personnes très douées génétiquement, il en existe donc aussi qui le sont nettement moins, et qui le sont peut-être vraiment pas du tout. La bonne nouvelle malgré tout, c'est que tout le monde peut progresser et transformer son corps. Même si vous avez une vraie génétique de merde (disons plutôt, peu adaptée à la musculation), vous pourrez toujours gagner du muscle et voir votre corps changer, mais n'espérez pas atteindre le même résultat que votre voisin à la génétique avantageuse (et non, ce n'est pas qu'une question de temps.)

Tout le monde ne peut pas devenir un athlète de haut niveau, et tout le monde ne peut pas ressembler à un bodybuilder ou même à un "fitness modèle". Mais si vous vous entraînez dur, régulièrement, et assez longtemps, vous obtiendrez un physique situé au dessus de la moyenne, vous passerez du côté droit de la courbe, et ne vous en faîtes pas, les gens autours de vous, le remarqueront !

 

à lire aussi :

Les standards du fitness sont-ils trop élevés ?

Les commentaires sont fermés.